Nouvelles règles présidentielles : conséquences

La défiance se rebiffe

Aujourd’hui, la défiance populaire à l’égard des personnalités politiques et des partis traditionnels ne cesse de gagner du terrain après chaque élection.Selon un sondage du 27 avril 2016 effectué par Ipsos, 72% des personnalités politiques sont perçues comme étant corrompues (+10 en trois ans) et 89% d’entre elles se préoccuperaient seulement de leurs intérêts personnels (+7 en trois ans). Cet alarmant constat se traduit par une frustration citoyenne ; les citoyens ne se sentant plus représentés entraînent une double conséquence électorale : la pérennité de l’absentéisme et le succès du vote blanc. Malgré les alternances entre gauche et droite, on peut s’apercevoir que beaucoup d’électeurs souhaitent sortir de ce choix électoral sans passer par le vote Front National, provoquant l’éclosion de mouvements populaires qui se donnent l’objectif de représenter le renouvellement de la classe politique et des idées.

Le citoyen s’éveille

Selon l’étude Ipsos du 2 mars 2016, 81% des sondés déclarent ne pas avoir confiance dans l’évolution de la situation économique et sociale du pays. Il est intéressant de révéler d’ailleurs que les Français se font d’abord confiance à eux-mêmes : 52% des personnes interrogées estiment faire confiance aux citoyens, bien plus qu’aux intellectuels (27%), qu’aux  entreprises (21%), qu’à l’État (12%) ou qu’à l’Union européenne (10%). La tendance chez l’électeur est à la participation citoyenne dans le processus de décision politique. Ce phénomène fait éclore énormément de mouvements d’initiative populaire avec des intentions très hétéroclites, mais qui restent unanimes vis-à-vis de cette idée de renouveler les idées et la classe politique. Grâce à internet, cette tendance citoyenne a créé au fil des années une forme de nouvelle opinion qui s’informe et se désinforme loin des regards des partis politiques. L’émergence de cette nouvelle opinion du net amplifie le rejet des partis traditionnels au profit de mouvements populaires qui se structurent en micros partis qui souhaitent vraisemblablement présenter un candidat pour l’élection présidentielle. On peut alors voir émerger des partis populaires issus de la société civile comme Générations citoyens (candidat citoyen), Nouvelle Donne (Pierre Larrouturou et Nathalie Cayet), Objectif France (Rafik Smati), Nous Citoyens (Denis Payre), Société Civile 2017 (Michel Guénaire) et des partis souverainistes comme Solidarité et Progrès (Jacques Cheminade) et l’Union Populaire Républicaine (François Asselineau). La problématique se pose dans la mesure où ces mouvements ont une représentativité inférieure à 1% mais n’ont aucune visibilité dans les médias mainstream. La grande majorité des français ne connait pas ces mouvements et encore moins leurs idées.

Les règles se transforment

Au-delà des conditions de parrainage, l’adoption de cette loi s’avère lourde de conséquence pour l’ensemble de ces petits candidats qui peinent à se faire connaître auprès de l’opinion publique globale. Jusqu’à présent le principe d’égalité appliqué par le CSA prévalait sur le principe d’équité. Le temps de parole était donc réparti de façon égalitaire entre chaque candidat. Les nouvelles règles prévues par cette loi organique prévoient de répartir le temps de parole par rapport à la représentativité de chaque candidat en partant du principe que pour être candidat à l’élection, il faut pouvoir représenter quelque chose. Le temps de parole sera utilisé au bénéfice des candidats ayant déjà une assise en termes de notoriété. Lors des élections régionales de 2015, on peut constater que l’UDI, EELV, Les Républicains, le Parti Socialiste, le Front de Gauche et le Front National ont eu plus de 90% du temps de parole et n’ont pourtant réuni que 42% des électeurs si l’on prend en compte le taux d’abstention. Comme le souligne le politologue Dominique Reynié, « la tendance est à la destitution des élites gouvernementales. » et pourtant cette nouvelle règle tend à renforcer leur visibilité au détriment du renouvellement des idées et celui des représentants.

Le tripartisme s’impose

Au final, ces micros partis politiques auront énormément de difficultés à s’immiscer dans le jeu des partis gouvernementaux (PS, EELV, UDI, LR). Cette loi organique a la particularité de protéger l’intérêt essentiel de l’élection présidentielle en évitant d’avoir des candidatures trop nombreuses voire folkloriques. Cependant, elle risque de réduire inexorablement la visibilité des petits et/ou nouveaux candidats, laissant le monopole du discours alternatif au Front National, voire au Front de Gauche.

Blog Trop Libre

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s